Tribune des acteurs de la société civile pour une diplomatie non gouvernementale : « Protégeons notre Constitution et les textes qui en découlent »

0
51

Cela risque de devenir un slogan si la délicate situation socio-politique se poursuit ainsi sans grand changement. « Protégeons notre Constitution ». L’on constate que tout se passe ces derniers jours en violation des règles constitutionnelles. Le Pouvoir et la C14 s’accordent pour aller à l’encontre des lois Togolaises en écartant toutes les forces politiques qui jouissaient d’une certaine légitimité légale et continuent d’en jouir. Le Pouvoir et sa C14 viennent d’écarter le NET, le MPDD et l’UFC de la CENI.. Au nom de quelle loi ? Au nom d’une Jurisprudence que le Régime et sa Coalition des 14 partis de l’opposition Togolaise viennent de créer. Cette Loi dispose qu’il faut juste créer un 19 Août et après créer une Coalition de partis et une bande d’organisations de la société civile pour soutenir ledit Regroupement.

Avec cette méthode, on peut s’accorder avec le Pouvoir pour écarter toutes les forces et organisations qui ne s’inscrivent pas dans l’esprit des nouveaux soubresauts politiques. Et le Pouvoir va encore cautionner cela. Oú va le Togo ? Même si d’aucuns pensent que cette situation arrange le Régime, on doit se poser un certain nombre de questions par rapport à l’avenir politique et juridique du pays. L’Etat, ces derniers mois, est entrain de faillir par rapport à un certain nombre d’obligations légales. L’on devra y mettre fin sinon une instabilité politique grave risque de s’offrir au pays à l’avenir. Que le Chef de l’Etat tape du poing sur la table sinon la situation fragilise l’autorité de l’Etat dans son essence. On s’en apercevra un jour. Sinon comment peut s’allier avec les fauteurs de troubles, ceux qui organisent des manifestations avec des victimes et des dégâts matériels énormes pour mettre en berne les Textes Togolais, et ceci en faisant prévaloir la feuille de route de la CEDEAO, qui d’ailleurs souligne la conformité aux textes en vigueur au pays.

Dans les années 90, l’Etat a été laissé entre les mains de ces opposants activistes et leurs miliciens. C’était du chaos à l’époque. Un État sans loi. L’on risque de vivre la même situation si rien ne se fait par les Autorités.

Les Organisations de la société civile pour une diplomatie non gouvernementale dénoncent ces comportements sans foi ni loi et appellent à une manifestation citoyenne pour protéger toute la Constitution Togolaise, les textes qui en découlent, et lutter contre tout complot préjudiciable à l’intérêt supérieur du Togo.

Oui, la Constitution, c’est la loi fondamentale du pays. Le Chef de l’Etat en est le garant. Il doit la défendre. Et nous l’encouragerons à la défendre. « Protégeons notre Constitution, et tous les textes qui en découlent ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here