Spread the love

Principal marché d’Exportations des produits agricoles togolais, l’exportation d’amande de cajou du Togo  vers l’Union Européenne connait une hausse de 189 % au 3ème trimestre de l’année 2019.

En effet, le soja garde incontestablement sa place de l’un des produits des agricole togolais le plus prisé sur marché de  l’Union européenne et les progressions réalisées au cours cette année en disent long. Selon les informations de Commodafrica, le Togo a enregistré une forte hausse de 189 %  d’exportations d’amande de cajou vers le marché de l’Union européenne et se situent après les 3 premiers trimestres de cette année à 388 tonnes. Selon cette même source, c’est une tendance haussière continue que l’on constate dans le secteur togolais de l’exportation de l’amande de cajou et qui a démarré depuis fin septembre 2017 avec une exportation vers l’Europe de 118 tonnes puis, 134 tonnes en 2018 avant que tout ceci ne se double en 2019, au grand bonheur des producteurs. Cette hausse est surtout soutenue par la production du cajou bio très prisé par le marché international

Cependant, l’on note que cette tendance haussière du Togo comparée à l’exportation d’autres pays de la sous-région tel que la Côte d’Ivoire avec 1591 tonnes, en progression de 88%, n’est que modeste en termes de productions. Ainsi, les producteurs togolais de cajou ont encore des marges de productions à combler. Toutefois, est-il important de reconnaitre que l’un des problèmes de l’exportation des amandes de cajou togolais est la vente sur le marché du voisin de l’est. Le marché béninois absorbe beaucoup de cajou togolais car la production des cajou est restée longtemps non organisée au Togo. Outre ce constat, on note qu’au même moment où on relève une hausse de l’exportation vers l’Europe, tout laisse croire à une baisse de ces exportations vers l’Amérique ou les exportations ont chuté fin septembre de 59% entre 2017 et 2018, passant de 180 tonnes à 73 tonnes,  et de 24% de 2018 à 2019 allant de 73 tonnes à 55 tonnes.

Cette situation est essentiellement due au fait que le Togo reste un très petit producteur et a du mal à couvrir tous les marché avec de grandes exportations. D’où la nécessité de continuer par soutenir ce secteur en encourageant les producteurs à se tourner vers ce secteur non seulement économiquement viable mais surtout pourvoyeur d’emplois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here