Spread the love

Au Togo, 57,22% de la population avait accès à l’eau potable en 2017, un chiffre nettement en hausse de quinze (15) points quand on le compare à celui de 2013, année au cours de laquelle le taux desserte en eau potable était de 42%. Aujourd’hui, le taux d’accès à l’eau potable a visiblement progressé.

En réalité, entre 2013 et 2017, une avancée significative de 18% a été observée en milieu rural où le taux de desserte est passé de 47,3% en 2013 à environ 64% en 2018. Dans les zones semi-urbaines, ce taux est redescendu à 48% en 2018, rapproché à 2017 où il tournait autour de 57,7%. En milieu urbain, le taux desserte était de 55% en 2018 avec près de 9500 forages à motricité humaine installés jusqu’ici. Ces chiffres enthousiasmants doivent leur existence à l’installation des adductions et mini adductions d’eau potable dans beaucoup de localités du pays.

Financé à plus de neuf (09) milliards de francs CFA par le gouvernement togolais appuyé par la Banque islamique de développement (BID) et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), le projet de développement rural de la plaine de Djagblé (PDRD) a permis de réaliser deux (02) mini-adductions d’eau potable au profit des quatorze (14) villages bénéficiaires.

L’ouvrage s’élève à 403 761 210 de francs CFA et servira à la construction des aménagements hydroagricoles, au désenclavement de la zone du projet par la construction des pistes rurales, à l’amélioration de la production de riz, des cultures maraichères, de la pisciculture etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here