En vers et contre toutes les pressions et manœuvres, les autorités sénégalaises n’ont pas lâché prise. Elles ont tenu dure jusqu’au bout pour reprendre leurs droits sur la liaison Dakar-Paris, considérée comme la ligne la plis rentable au monde.

Jusqu’ici assurée quatre fois par jours soit deux aller-retour par la compagnie Air France gérée par le transporteur français Corsair, la liaison Dakar-Paris sera dès le début de l’année prochaine 2019, gérée par Air Sénégal. La jeune compagnie nationale du Sénégal vient de confirmer qu’elle prend la place du transporteur français  à partir de février prochain. C’est sans nul doute, un des plus juteuses affaire que vient ainsi de perdre le transporteur français, Corsair qui a usé de tous les moyens et de tout son poids afin de garder la ligne Dakar-Paris. Ceci, en dépit des closes de l’exploitation contenus dans l’accord signé avec l’État sénégalais qui stipule qu’après 4 ans d’exploitation, l’État sénégalais via sa compagnie nationale Air Sénégal, requière la licence d’exploitation dès qu’il le souhaite. Les responsables de la compagnie privée française ont tenté d’obtenir des autorités sénégalaises la prolongation du contrat jusqu’en octobre 2019 pour assurer la transition dans de meilleures conditions. Les dirigeants d’Air Sénégal ont opposé un non catégorique à cette proposition et ont alors proposé de rompre le contrat dès octobre 2018. C’est ainsi que les deux  parties  ont fini par se mettre d’accord pour fin janvier 2019 soit trois semaines seulement avant le premier tour de l’élection présidentielle du 24 février.

La seule inquiétude qui suscite débat est comment  lancer une ligne intercontinentale en seulement 5 mois ? Mais du côté de la compagnie Air Sénégal, on rassure et on indique que tout est mis en oeuvre pour réussir ce défi. Cela ne rassure pas tout de même car  les spécialistes du secteur aérien doutent de la faisabilité surtout que la compagnie n’a pas encore reçu ses avions et ne dispose pas encore de pilotes. Or, la compagnie privée française Corsair transportait entre les deux capitales près de 135 000 passagers chaque année, 45% du marché. La course contre la montre est désormais lancée pour Air Sénégal en vue de relever le pari dans cinq mois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here