Spread the love

Les acteurs politiques en République Démocratique de Congo passent une période de turbulence depuis ces derniers mois. Après la mise aux arrêts du Directeur de Cabinet du président Félix Tshisékédi, c’est le tour du président par intérim du parti au pouvoir, Jean-Kabund d’être destitué de son poste de 1er vice-président de l’Assemblée nationale.  

En  le président intérimaire du parti présidentiel, l’UDPS, a été destitué de son poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale . Ceci, à la suite  d’une motion initiée par Jean-Jacques Mamba, député du MLC. La raison de cette motion est suscitée par la proposition des présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale de convoquer le Congrès pour formaliser l’état d’urgence sanitaire convoqué, au mois de mars, par le président Félix-Antoine Tshisekedi. Ainsi, la destitution de Jean-Marc Kabund de son fauteuil de premier vice-président de l’Assemblée nationale a été obtenue à une écrasante majorité des députés  soit 289 sur les 315 députés que compte l’hémicycle. Ils ont voté en faveur de la pétition initiée par le député du MLC, Jean-Jacques Mamba qui accuse le président intérimaire de l’UDPS, d’avoir terni l’image de l’Assemblée nationale par des allégations qu’il qualifie de « mensongères ». Il a donc initié une pétition dont les signatures ont été validées par une commission mise en place à cet effet.

Il convient de rappeler que peu après avoir demandé la déchéance de Jean-Marc Kabund, Jean-Jacques Mamba,  a été arrêté. Poursuivi par la justice et placé en résidence surveillée pour faux et usage de faux en écriture pour une signature sur sa pétition qui aurait été usurpée. Une situation que l’Assemblée nationale a vigoureusement condamnée car trouvant mal l’intrigue de la justice dans une parlementaire. La présidente de cette chambre, Jeannine Mabunda, et plusieurs autres députés, coalition au pouvoir et opposition confondues, ont d’ailleurs exigé la libération de Jean-Jacques Mamba.

Rappelons que cette intrusion inopinée de la justice dans cette a contribué à aggraver la situation de Jean-Marc Kabund favorisant le vote pour sa destitution dans des conditions assez tumultueuses avec des empoignades entre plusieurs députés en pleine séance plénière. Ceci qui n’a pas empêché le vote fatal contre le président intérimaire du parti de Félix Tshisekédi. Un véritable coup dur pour le président.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here