Alors que l’opposition est à la recherche de l’oiseau rare, le candidat unique qui fera l’unanimité pour porter le flambeau de toutes la classe de l’opposition lors de  la présidentielle du 23 décembre prochain afin de provoquer l’alternance démocratique, un sondage du BERCI et le groupe d’études sur le Congo, de l’Université de New York  ont sorti un ce 30 octobre un sondage sur les élections très favorable à Félix Tshisekedi, fils du leader historique de l’opposition Etienne Tshisekedi. Pourquoi un tel sondage alors que l’opposition a mal à trouver un consensus autour du candidat commun ?

En effet,  le Bureau d’études, de recherches et de consulting international (BERCI) et le Groupe d’études sur le Congo, de l’Université de New York, ont publié mardi 30 octobre un nouveau sondage sur les élections prévues en RDC. Un sondage réalisé  selon ces deux instituts du 29 septembre au 15 octobre sur un échantillon de 1179 personnes âgées de 18 ans et plus et réparties dans les 26 provinces du pays. Ceci, après la publication de la liste des 21 candidats retenus pour concourir lors de la présidentielle prochaine et qui élimine deux poids lourds de l’opposition, Jean-Pierre Bemba et Moise Katoumbi, qui étaient les potentiels candidats les plus populaires. Selon les résultats de ce sondage, désormais, avec l’absence de Moise Katumbi et de Jean-Pierre Bemba, c’est  Félix Tshisekedi qui arriverait en tête des intentions de vote avec 36% avec une progression dans l’ouest et le sud-est de la RDC. Il est suivi de Vital Kamerhe avec 17%. Il  consoliderait sa position dans les Kivus et la Province orientale. Le candidat choisi par Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadari arriverait en 3ème position  avec 16% des intentions de vote devant Martin Fayulu et Freddy Matungulu.

Dans ce sondage, 76 % des personnes interrogées disent avoir « une bonne opinion » de l’opposition et presque autant – 70 % – se disent favorables à une candidature unique pour cette opposition, soit 13 % de plus qu’en juillet. A en croire ce sondage en revanche, et malgré sa décision de ne pas se représenter, le président Kabila voit sa cote de popularité baisser : 18 % d’opinions favorables contre 21 % en juillet dernier : 57 % des sondés n’approuveraient pas le choix d’Emmanuel Ramazani Shadary comme candidat, selon cette enquête. Au-delà des intentions de vote, il en ressort une grande méfiance vis-à-vis du processus électoral, notamment vis-à-vis de la commission électorale. Elle persiste au fil des sondages : 64 % des personnes interrogées ne croient pas en la capacité de cette commission à « organiser des élections libres et transparentes ». Quant à son président Corneille Nangaa, sa cote de popularité a considérablement chuté, selon ce sondage, 74 % d’opinion défavorable contre 38 % il y a deux ans.

Cependant, la grande question est de savoir si ce sondage est opportun à un moment où l’opposition a du mal à trouver le candidat unique ? Car, tout le monde sait que Félix  Tshisekedi est jusqu’ici très retissant à l’idée d’un candidat unique de l’opposition qui ne serait pas lui. Avec ce sondage qui vient le réconforter dans sa position de futur président, serait-il capable d’accepter désister au profit d’un autre candidat si l’ensemble de l’opposition venait à désigner quelqu’un d’autre que Félix ? Ce sondage risque malheureusement de durcir les positions des uns et des autres au point de mettre à l’eau les efforts de recherche d’un candidat unique de l’opposition car, pour assurer les chances d’une éventuelle alternance en RDC, l’opposition a le devoir de trouver un candidat commun.

Beaucoup se demandent si ce sondage n’est pas une manière de manipuler les esprits soit pour influencer le choix du candidat unique de l’opposition soit pour diviser l’opposition et l’empêcher de trouver un candidat unique. De toutes façons, les prochains jours nous en diront.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here