Spread the love

A quelques mois de la présidentielle d’octobre 2020, tous les faits et gestes en République de Côte d’Ivoire sont minutieusement scrutés par aussi bien les observateurs de la vie politique du pays que les ivoiriens. C’est justement ce qui explique le fait que le départ de l’ex-patron de la Garde Républicaine du président Ouattara, l’ex-rebelle colonel Wattao vers les États-Unis fait grand débat dans le pays de l’éléphant depuis ce week-end. La question qui taraude les esprits est de savoir s’il s’agit d’une évacuation sanitaire, des bruits avec le pouvoir ou d’un empoisonnement ? En voici la réponse à tous ces questionnements.

En effet, il n’est pas un secret pour personne que l’information qui fait le tour des réseaux sociaux depuis ce week-end est une évidence. L’ex-commandant de la garde républicaine du président Ouattara, le colonel Issaka Ouattara allias Wattao est hors du pays notamment du côté des États-Unis d’Amérique même si beaucoup de nos confrères en ligne annonçaient plutôt une évacuation d’urgence du colonel en Europe en occurrence en France pour des soins. Ainsi, depuis jeudi dernier, l’ex-chef du commando invisible de la rébellion de 2002, ex-commandant de la Garde républicaine l’ancien ‘’Comzone’’, s’séjourne non pas en Europe mais bien aux Etats-Unis, aux côtés de sa famille qui y réside et ceci pour poursuivre un traitement qu’il a commencé en Côte d’Ivoire selon une source bien renseignée et très proche de la famille du colonel. La thèse des bruits avec le pouvoir d’Abidjan semble balayer du revers de la main à ce niveau par notre source qui va plus loin pour nous renseigner sur ce dont souffre le colosse colonel.

De quoi souffre Issaka Ouattara allias Wattao ?

D’après notre source et selon les dernières personnes à l’avoir vu le robuste officier, parlent, l’homme aurait perdu du poids, il est très amaigri. A en croire ces sources, Wattao est victime d’un « diabète aigu du type II » qui l’a précipité hors du pays pour des soins plus appropriés. « Il était souffrant. Mais, on pensait au palu et de la fatigue. Alors que c’était une affaire de diabète, jusqu’à ce que son médecin lui recommande de faire un test. Il a fait un test prononcé qui a révélé que son taux de glycémie est anormalement élevé. Comme c’était sérieux, on a décidé de l’envoyer en France, mais lui, il a préféré aller aux Usa pour profiter pour voir sa famille », indique une source proche du colonel.

Pourquoi les États-Unis et non la France ?

La décision du colonel Wattao d’aller aux États-Unis plutôt qu’en France est toute simple selon nos sources. Ce n’est donc pas par hasard que l’ex-patron de la Garde républicaine a choisi de se faire soigner aux États-Unis. En effet, en plus d’y retrouver sa famille, il a estimé que les Etats-Unis étaient le pays le mieux indiqué pour faire face à son mal en raison du fait que le pays compte parmi les populations les plus obèses au monde et ses cas de diabétiques. Les USA sont donc une des nations où le traitement du diabète est des plus poussés au monde. Ce sont donc deux raisons justifiant la destination américaine pour le colonel Wattao pour se donner des soins approfondies même si cela était plus compliqué qu’en France, car il fallait une autorisation expresse de la présidence de la République contrairement à la France qui demeure une destination plus accessible pour les Ivoiriens, y compris les ex-rebelles. « Il fallait une autorisation du chef de l’Etat, parce que c’est un peu plus compliqué. Il y a eu les négociations et il a pu partir », nous confie un proche de l’officier.

Selon nos dernières nouvelles, le colonel Wattao a entamé ses soins aux Etats-Unis et devrait fêter la Noël avec sa famille au pays de Trump. Son retour au pays est prévu avant la fin de l’année, notamment la Saint Sylvestre au pays. De quoi battre en brèche toutes les informations qui font état de discordances avec le pouvoir d’Abidjan et d’empoisonnement dont il aurait été victime. « Nous sommes au quotidien avec lui, et jamais, nous n’avons eu un brin de soupçon du pouvoir sur lui. Il est directement lié à la présidence et au ministre d’Etat, Hamed Bakayoko. Il n’y a jamais eu de bruit à ce niveau », assure notre source qui refuse de s’aventurer sur la thèse de l’empoisonnement en propagation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here