Spread the love

Le vendredi 2 octobre prochain, la ligue de football des Savanes sera en assemblée générale élective. Nous avons rencontré à cet effet l’un des candidats à la présidence de ladite ligue en la personne de l’architecte urbaniste Nouroudine Abdermane Amadou.

Monsieur AMADOU, pouvez-vous vous présenter sportivement à nos lecteurs ?

Je suis AMADOU Abdermane Nouroudine, Architecte Urbaniste de formation. Je suis un passionné du football et j’ai la responsabilité de la présidence de Doumbé FC de Mango depuis 2018 après avoir été premier vice-président du même club depuis 2014.

Vous désirez présider la ligue des Savanes, comment appréciez-vous le niveau actuel du football des Savanes ? Quel est son impact sur l’environnement du football national ?
AAN : En effet j’ai présenté ma candidature à la présidence de la ligue des Savanes. Vous n’êtes pas sans savoir qu’aujourd’hui aucune des équipes de foot de la région des Savanes n’est en première division alors que c’est notre division nationale d’élite. A travers cela, le niveau du football régional se dessine aisément. Il y a beaucoup de travail à faire car même pour les deux seules formations qui sont en deuxième division, à savoir Doumbé et Foadan, ce n’est pas du tout facile de pouvoir garder le cap et espérer la qualification pour la première division. A la saison dernière, Doumbé a terminé 3ème mais Foadan était encore beaucoup plus loin derrière. Vous comprenez donc que le football de la ligue n’est vraiment pas du tout ce que nous souhaitons. L’impact sur l’environnement du football national est presque nul parce qu’à chaque sélection en équipe nationale, il n’y a pas de joueur des Savanes. Vous m’envoyez triste que nous n’ayons aucun impact sur l’environnement du football national. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’ai déposé ma candidature.

Quelles sont vos ambitions pour la ligue de football des Savanes ? Quelles sont les orientations que vous souhaitez donner à la ligue ? Comment se compose votre projet ?
AAN : Je suis candidat à la Présidence de la ligue des Savanes pour relever plusieurs défis. Mon objectif général est, avec la nouvelle équipe que je vais diriger, de moderniser le football des Savanes en vue de répondre aux exigences des mutations socio-économiques, nationales et internationales. Il s’agira de consentir des efforts pour rendre les résultats plus palpables et infléchir de manière sensible les tendances incompatibles avec le développement.

Je dispose d’un plan d’action bien élaboré et fourni en projets et activités. Ce plan d’action se veut un outil de planification et de gestion visant à renforcer les capacités d’exécution et de suivi-évaluation des programmes pour une meilleure lisibilité des actions menées par le Comité de Direction. Il s’inscrit dans la vision nationale qui intègre le football comme un vecteur de développement économique, culturel, diplomatique, social, créateur de richesse et d’emploi pour la jeunesse des Savanes. Aussi, il s’agit de permettre au football de contribuer dorénavant au développement de la Région toute entière. C’est dire donc que les enjeux actuels du football dans les Savanes reposent sur la relance de celui-ci. Et cela passe par une remise en cause nécessaire de l’ensemble des anciennes pratiques et un impérieux recentrage stratégique de son développement.

En effet, l’heure est au rassemblement, à la main tendue et à l’investissement des énergies, des savoirs, du savoir-faire et du savoir-être, pour la renaissance de notre sport favori et partant pour l’édification d’un football attrayant dans les Savanes et partout au Togo. Il s’agit donc d’un Football qui amène le public au stade et qui lui procure de la joie, d’un Football qui permet aux pratiquants de s’épanouir et de vivre pleinement leur passion, aux dirigeants et aux gens du football de récolter les dividendes de leur action ; et aux populations des Savanes toutes entières de jouir des fruits de son sacrifice et de savourer les victoires dans le respect du perdant mais aussi d’accepter les défaites avec fair-play, car le sport doit rassembler.
Spécifiquement, les objectifs que nous nous sommes assignés sont :
– Doter la Région d’au moins 5 terrains homologués par la FTF, voire 7 terrains homologués soit un dans chaque préfecture ;
– Doter l’ensemble des Savanes d’au moins 2 bus de 15 places et 1 bus de 30 places pour la mobilité des équipes ;
– Organiser dans chaque district au moins 1 tournois chaque année et dans la Région au moins un Championnat de ligue ;
– Promouvoir la formation des entraineurs de la Région ;
– Promouvoir la formation des arbitres de la Région ;
– Aider à la création des écoles et académies de football dans la Région ;
– Organiser la formation des Dirigeants de clubs par rapport aux textes et à la gestion efficiente des équipes ;
– Sensibiliser les supporteurs par rapport aux règlements et textes de la FTF et à la bonne tenue sur un terrain du football.
Voilà brièvement présenté ce que nous voulons faire.

Comment comptez-vous réaliser tout cela ?
AAN : Les pistes sur lesquelles pourrait se focaliser ce fondement de l’édifice football dans les Savanes sont, entre autres, d’abord l’implication de toutes les filles et tous fils des Savanes à savoir les autorités locales et nationales, les cadres de la Région, les commerçants de la Région, les amoureux du football, anciens, jeunes, dirigeants, administrateurs, supporteurs, entraineurs, arbitres, sponsors, l’Etat, les membres des organisations du sports, les agents de santé, les enseignants etc. Il s’agira donc d’une gestion inclusive pour des résultats positifs durables.
Depuis plus de 15 ans, vous vous êtes révélé être un investisseur pour le développement du football national.

Qu’est-ce qui vous pousse à endosser la responsabilité de présider aux destinées de la ligue de foot des Savanes ?

AAN : Les difficultés soulevées plus haut ne me laissent pas du tout indifférent. Nous n’avons que deux terrains homologués dans la région, nous n’avons pas de techniciens (entraineurs, arbitres, etc.) locaux de haut niveau, chaque fois le trio arbitral nous arrive d’ailleurs, ce n’est pas une bonne chose. Nous-mêmes dirigeants manquons souvent de bases textuelles solides et devons aller à l’école de la formation et du recyclage permanent. Si nous nous présentons, c’est justement pour prendre la responsabilité de reconstruire le football des Savanes en lui offrant des racines profondes et solides pour un développement harmonieux et soutenu.

Que promettez-vous aux supporters ?
AAN : Mes promesses ne vont pas seulement aux supporters, mais à tous les amoureux du football et à toutes les populations des Savanes. S’il plait à Dieu et nous sommes élus, nous allons véritablement reformer le football. Le football ce n’est pas seulement le football, mais une activité de développement du milieu, créatrice d’emplois stables et durables. Dans le temps, nous avions de grandes formations notamment Doumbé et Foadan, nous devons réhabiliter ces équipes et pas seulement elles, mais aussi les autres équipes qui ont du potentiel et aussi lancer d’autres équipes qui ne sont pas encore connues. Nous allons trouver des moyens de déplacement aux équipes tout comme nous ferons tout pour que chaque préfecture dispose d’au moins un terrain homologué par la FTF. La tâche est énorme mais nous y arriverons ! Nous invitons tout le monde à nous faire confiance et nous leur rendrons compte en fin de mandat à leur grande satisfaction.
Merci d’avoir bien voulu répondre à nos questions

AAN : C’est moi qui vous remercie

Interview réalisée par Léon Dounwourgue

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here