Spread the love

En dehors des transferts de fonds que la diaspora africaine vivant hors du continent rapporte à l’Afrique, ils sont nombreux et nombreuses, ces hommes et femmes qui ne manquent d’initiatives pour le développement de leur continent. C’est le cas de Madame Nana SHODU, belge d’origine congolaise et Présidente, fondatrice de l’ONG BOMOYI qui, reste soucieuse de ses frères et soeurs d’Afrique. Dans cette interview exclusive accordée au site panafricain www afrique-news.info, elle nous parle de son gala de charité de collecte de fonds du 07 juin prochain pour la construction d’une école et d’une maternité en RDC. Lisez plutôt. 

AFN- Madame, vous êtes belge d’origine congolaise, vous avez occupé de hautes fonctions et conduit plusieurs projets d’envergures internationals. Pourquoi avez-vous décidé de créer une ONG en occurrence BOMOYI ?

En effet, plus d’une dizaine d’année après mes débuts à l’OCDE, j’ai tout simplement eu à cœur de me consacrer -pour un temps- à des projets spécifiques à échelle réduite, et aux résultats concrets, palpables et visibles en accord avec les objectifs émis par les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) reconduits en 2015 sous forme des Objectifs de Développement Durable (ODD).

BOMOYI signifie « la vie » en lingala, une des quatre langues officielles de la République Démocratique du Congo.

L’Humanité, c’est la vie ! La vie est à la base de toutes choses. J’ai observé et constaté que toutes les actions faites à toutes échelles de la société depuis la création du monde s’articulent autour de la vie. Le point commun de toute existence. Tout provient de la vie, la vie insuffle toutes choses, rien n’est possible sans elle. Il était donc normal pour moi de choisir ce nom-ci pour ma structure.

AFN- Quels sont les objectifs poursuivis par votre ONG BOMOYI ?

L’association BOMOYI axe ses actions sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), qui ont été proclamés en l’an 2000 par Koffi Annan à New York et ratifiés par 189 pays, pour répondre aux besoins des plus pauvres dans le monde, ils transmirent le flambeau aux Objectifs de Développement Durable (ODD) en 2015.

Malgré les MOTS dits et consignés par les 189 pays dans ces objectifs, force est de constater que les MAUX subsistent.

En réponse à ces maux, BOMOYI œuvre à son échelle en faveur de la promotion de la solidarité internationale dans la Santé maternelle et infantile, la promotion de l’accès à l’Éducation pour tous en Afrique, ainsi que l’Autonomisation de la Femme. De par ses actions, BOMOYI contribue vivement aux ODD.

Mme Nana SHODU, présidente de l’ONG BOMIYI

L’association BOMOYI agit d’une part en France dans les quartiers populaires dits « Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville », de Bobigny, en faveur du développement du lien social et de l’éducation avec pour objectifs d’intérêt général de renforcer la cohésion sociale, D’autres part pour la promotion de la solidarité internationale dans le domaine de l’éducation et de la santé pour tous, ainsi que dans l’autonomisation de la Femme.

AFN-Le vendredi 7 Juin 2019 se tiendra la première édition du Gala de charité de l’association BOMOYI. Quel est l’objectif de ce Gala de charité ?

Le vendredi 7 Juin 2019 se tiendra la première édition du Gala de charité de l’association BOMOYI aux Champs-Elysées, à l’hôtel Intercontinental (Paris). Cet événement se veut donc précurseur de la défense de quatre causes précises, dont deux inhumaines et inacceptables au 21ème siècle.
Le gala de charité Bomoyi se donne pour objectif de mettre en lumière les causes et projets suivants et d’effectuer une collecte de fonds qui permettra, nous l’espérons leur réalisations :

LES 4 CAUSES :
1. La santé – « les maternités-prisons » : phénomène consistant à retenir prisonnières dans les maternités, ces femmes qui donnent la vie, faute de paiement des frais liés à leurs accouchement et hospitalisation.
2. L’éducation – « la promotion de l’accès à l’Éducation pour tous en Afrique – des shégués, des enfants des rues, des orphelins de Kinshasa ».
3. L’autonomisation de la femme – par l’agriculture, et les coopératives de femmes multi-secteurs ;
4. La lutte contre la fracture numérique et la promotion du dialogue intergénérationnel, en France dans les quartiers populaires.

AFN- Pourquoi placez-vous cet évènement sous le signe de la solidarité et la générosité ? Pensez-vous que l’humanité a perdu ces deux valeurs ?

Je veux être la voix des sans-voix.
Etant d’ici et d’ailleurs, je me suis investie dans le domaine social, durant des années, et je veux non seulement, semer, apporter, investir dans mon pays d’accueil et d’adoption, qui est la France, mais aussi contribuer à changer positivement, les conditions de vie de les laissés pour compte d’Afrique et du monde.

Oui l’humanité se déshumanise de plus en plus. Les gens n’ont plus de compassion, ni de considération pour leurs prochains. Certes la dureté de la vie est à noter, et rend les uns incapables d’aider mais en même temps, il est à noter qu’une grande partie dispose des moyens, mais reste dans leurs zones de confort et dans leurs bulles pour ne pas aider, soutenir le bien-être des nécessiteux. L’intérêt personnel passe avant tout de nos jours ! C’est malheureux, je le déplore !

AFN-Nana SHODU et son association militent pour la solidarité et la générosité internationales. Pensez-vous que dans un monde de plus en plus capitaliste, cette idée peut encore prospérer?

Pour le savoir, je préfère être dans l’action plutôt que dans l’inaction. Tant qu’il y’a de la vie, il y’a de l ‘espoir ! Pour mesure l’appétence des personnes sur la solidarité et la générosité, BOMOYI a choisi de leur apporter les informations, les informer la situation des laissées pour compte de la planète car beaucoup ignore l’existence de certains maux, de ce fait nul ne dira disent qu’il ne savait pas.

Et justement, que les capitalistes établis en Europe ou ailleurs sachent qu’ils peuvent obtenir une déduction fiscale sur toute donation effectuée en faveur de BOMOYI.

AFN-Pour le gala de la charité du 07 juin prochain, qui peut participer et quelles sont les conditions ?

Le gala de charité est ouvert à toute personne ayant un cœur et sensible à la situation de son prochain. Une participation est demandée afin d’aider à la levée des fonds pour les causes précitées. Les conditions de participations sont sur nos plateformes de communication, comme suit :
Site Internet : www.bomoyi-nations.org / www.bomoyi.org
FB : @bomoyiong
Instagram : @association_bomoyi
Youtube : ONG BOMOYI

AFN- Pouvez-vous nous parler un peu de quelques invités de marques qui sont attendus à ce rendez-vous du 07 juin prochain ?

Permettez-moi, de vous réserver la surprise pour cette partie ! Les meilleurs cadeaux impactent davantage les cœurs lorsqu’ils sont bien emballés et réservés pour ouverture le jour J !!!!! La surprise sera belle et de taille, c’est ce que je peux vous garantir !

AFN- Il s’agit à travers ce gala de charité de récolter des fonds pour la construction d’une maternité en RDC. Est-ce dire qu’il n’y a pas de maternités en RDC ou que justifie cette décision ?

La vision de BOMOYI est de se répandre dans tous les pays d’Afrique étant dans le besoin. Devant commencer quelque part, nous avons commencé par la RDC.

Certes il y’a des maternités en RDC, mais des hôpitaux publics dans lesquels les femmes donnant la vie (BOMOYI) sont retenues prisonnières avec leur nouveau-nés, ayant pour seuls crime d’avoir donné la vie, et ne disposant pas de moyens de paiements des frais d’accouchement et d’hospitalisation qui leurs sont demandés.

Je trouve cela scandaleux, inhumain et inadmissible au 21ème siècle. Au bout d’un temps elles doivent libérer le lit et dormir à même le sol avec leurs bébés pour laisser la place à une nouvelle arrivée qui finira sans doute par subir le même sort. Il est à savoir que l’hôpital ne fourni pas d’alimentation pour les patients, ni pour la mère, ni pour le bébé. A elles de se débrouiller !

Ce que nous visons est donc une maternité pilote où se phénomène n’aurait plus lieu et où les femmes et leurs bébés serait dignement et humainement traités. Et ainsi montrer à ces hôpitaux publics qu’il n’est pas nécessaire de mépriser la vie à ce point, pour avoir un semblant de fonctionnement.

Jusqu’à présent nous faisions des opérations de distribution de layettes et de libérations de ces femmes avec leurs nouveau-nés, après avoir négocier et payer pour eux leurs factures dans ces hôpitaux, mais nous ne souhaitons plus continuer à encourager ces pratiques inhumaines et sauvages. Des vidéos et photos sont disponibles.

AFN- Madame Nana SHODU, comment une femme mariée et mère d’enfants comme vous, arrive à concilier activités professionnels et son engagement associatif avec les tâches familiales ?

La femme depuis la nuit des temps a toujours été le pilier de la famille, le baobab, une source et un réservoir de forces et de savoir-faire. Ne dit-on pas que dernière chaque grand homme, il y’a une grand dame ?!

Certes ce n’est pas du tout facile au quotidien, mais j’essaie de faire de mon mieux pour concilier toutes les parties.

AFN-Vous êtes une femme motivée et déterminée. D’où vous vient cette motivation et jusqu’où êtes vous prête à y aller ?

Ma détermination me provient avant toute chose de ma croyance !

Egalement, depuis mon enfance j’ai observé mon père, très actif et persévérant, renversant les obstacles qui se dressaient devant lui et ne se laissant jamais décourager, ni bloquer, allant jusqu’à soulever des montagnes et à être là où nul ne l’attendait.

Tout comme l’eau, il a toujours pu se frayer un chemin pour atteindre ses objectifs. Il en a été de même pour mère, cette femme forte et sage. Force est de constater que je porte leurs ADN !!!!

Vote mot de la fin.

N’attendons pas que l’on opère le changement pour nous mais, soyons nous-mêmes les acteurs de ce changement, pour le bien-être de tous !
Tous ensemble, nous pouvons changer les choses en nous levant comme un seul homme ! C’est possible ! Ne soyons pas défaitistes, ni résignés mais agissons dans l’unité, la solidarité et la générosité ! Merci à tous !

Interview réalisée par Jean-Claude Bakali, pour le www Afrique-News.Info

Contactez la rédaction au +228 70 17 73 40 ou au +228 91 60 29 39

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here