Les Ministres de l’économie et des finances, des pays africains de zone  Franc CFA, la seulement monnaie coloniale encore en vigueur, étaient vendredi en France à Paris dans le cadre d’une Réunion des Ministres sur le Franc CFA. Et c’est sans surprise que ces derniers ont religieusement écouté, applaudi, et salué les déclarations de leur hotte, le ministre français de l’économie, Bruno Le Maire sur les éloges au Franc CFA.

Décriée de plus en plus par les économistes africains de la nouvelle génération et par une jeunesse africaine d’avantage consciente du mal que le Franc CFA fait à l’Afrique notamment la zone franc ainsi que certains pays occidentaux en l’occurrence l’Italie et l’Allemagne et à quelques mois du lancement de la monnaie unique des États membres de la CEDEAO, le ministre français de l’économie Bruno Le Maire, quoique se disant favorable à une réforme ambitieuse de la Zone franc. « Cette réforme, c’est aux États membres d’en décider et aux peuples d’Afrique de se prononcer » a-t-il indiqué devant les grands décideurs en charge des questions des économiques et financières notamment, les ministres des finances, les présidents des institutions régionales et les gouverneurs des banques centrales membres. Une déclaration qui s’apparente malheureusement à celle du général De Gaulle à la conférence de Brazzaville sur l’indépendance des pays africains où bien que laissant le libre choix aux pays de rester dans la communauté ou de prendre leurs indépendance et pourtant, le général était bien hostile à l’indépendance immédiat des pays africains, le cas de la Guinée en témoigne.

En effet,  plus loin, le ministre français Bruno Le Maire qui se dit ouvert aux reformes du CFA, n’a pas manqué de faire des éloges à cette monnaie « coloniale ». « Si Paris entend les critiques, la Zone franc offre quand-même de nombreux avantages », poursuit Bruno Le Maire. Des éloges à cette monnaie qui, selon beaucoup d’observateurs ne libère pas assez d’énergies dans la zone franc par rapport aux autres pays non utilisateurs de cette fameuses monnaie, montre qu’en réalité, la France ne veut pas ou mieux ne voit pas d’un bon œil la sortie des pays africains usagers  du CFA, de la zone franc. Encore plus loin, Bruno Le Maire tente de convaincre que le Franc CFA reste la solution aux questions de l’inflation car pour « l’inflation est un impôt pour les pauvres » en indiquant qu’elle est de 2% dans la zone franc CFA pendant qu’elle est de l’ordre de 10% dans les autres zones monétaires.

Malheureusement personne, du parterre d’intellectuels africains chevronnés en économie et finance présents à cette rencontre, n’a pu lève le moindre doigt pour défendre la nécessité pour l’Afrique de recouvrer sa vraie souveraineté en sortant de cette monnaie « coloniale » introduite par le pays colonisateur et disposer sa propre monnaie. Cette illicite s’est contentée à applaudir les démonstrations de l’officiel français à défendre le Franc CFA. Et pour preuve, dans la résolution issue de cette rencontre on peut lire que « Les participants ont réaffirmé l’importance des mécanismes et institutions de la Zone franc pour la stabilité et le développement des économies de la Zone. Ils ont réitéré leur volonté de continuer à faire de la Zone franc un espace de coordination active des politiques publiques, en lien avec les principaux bailleurs et institutions ». Cet extrait de la résolution montre clairement que qu’il a pris fait et cause pour les propositions du ministre français de l’économie.

Face à cette situation, dans laquelle les élites défendent cette monnaie CFA pendant que des pays occidentaux la décrient et dénoncent la main mise de la France sur le développement d’Afrique à travers cette monnaie CFA, la chance de voir les pays de la zone CFA sortir de ce joug coloniale n’est pas pour aujourd’hui. Bref, c’est la confirmation de « certitude volontaire » des africains qui continuent et qui a encore prévalu à Paris avec les ministres d’économie et finance de la zone franc CFA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here