En Guinée, pas de marge de manœuvre pour les  principaux initiateurs des violentes manifestations contre un éventuel troisième mandat d’Alpha Condé. Manifestations ayant fait  rau moins six morts depuis lundi, ils ont comparu ce mercredi devant la justice, au troisième jour de la paralysie du quadrillage de Conakry par les forces de l’ordre.

Ils sont en effet, ils sont huit responsables du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition qui rassembler des partis d’opposition, des syndicats et des membres de la société civile, s’est ouvert devant le tribunal de première instance de Dixinn, un quartier de Conakry, placé sous haute protection, selon des correspondants. Ce mouvement  (FNDC), conteste avec virulence contre le. projet de révision de la Constitution, évoqué par le pouvoir. C’est donc dans un atmosphère dans une particulièrement tendue, que les prévenus ont dénoncé des traitements inhumains et dégradants au cours de leur garde-à-vue, notamment le fait d’avoir été confinés dans des cellules exiguës ou d’avoir été mis à nu.

Les huit accusés sont jugés pour avoir tenu des propos de nature à troubler l’ordre public en appelant à manifester, selon l’accusation, alors que la capitale et plusieurs autres villes ont été en proie lundi et mardi à des heurts meurtriers et que les forces de sécurité restaient très visibles, barrant l’accès à certaines axes de Conakry. Ces prévenus ont été interpellés samedi au domicile du coordinateur du FNDC, l’ancien ministre Abdourahmane Sanoh. Selon la loi en vigueur en Guinée, ils encourent des peines allant de 3 à 5 ans de prison. “Nous allons plaider non-coupable”, a souligné l’avocat, pour qui l’accusation avait été “mise en déroute” car elle n’a “pas pu apporter la preuve” que ses clients avaient commis des “actes et manœuvres ” de nature à troubler l’ordre public en appelant à des manifestations pacifiques.

Il convient de rappeler que le chef de l’opposition politique, Cellou Dalein Diallo, a exigé l’abandon des poursuites contre ces accusés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here