Spread the love

La situation se détériore chaque jour davantage depuis maintenant une semaine aux États-Unis après la bavure policière qui a conduit à la mort de trop, celle de l’afro-américain George Floyd. Les manifestations ne semblent outre mesures faiblir et désormais plus de 140 villes du pays sont en émeutes. Malheureusement, la première prise de parole du dirigeant américain risque encore d’aggraver la situation déjà tendue.

En effet, depuis la mort de l’afro-américain George Floyd, les États-Unis connaissent leurs plus grandes émeutes depuis les années 60. Même si le président Trump, lors de sa première prise de parole sur cette bavure policière et les manifestations qui s’en sont suivies, promet de mettre rapidement fin aux émeutes qui ne traduisent que la colère, l’indignation et la frustration de la population, tout semble indiquer qu’il risque de mettre de l’huile sur le feu lorsqu’il qualifie ces manifestations légitimes d’une « terrorisme intérieur ». Trump a notamment annoncé plusieurs à savoir: déploiement de milliers de militaires à Washington, demande aux gouverneurs de «dominer les rues » de leurs États… alors même que l’autopsie officielle de la mort de George Floyd, rendue publique ce lundi confirme l’homicide par asphyxie.

« Je mobilise toutes les ressources fédérales, civiles et militaires, pour stopper les émeutes et pillages, destructions et incendies. Et protéger les droits des Américains, y compris le 2ème amendement », a déclaré Donald Trump avant préciser « Des milliers de soldats lourdement armés » pour montrer le niveau de la force qu’il compte faire usage contre des manifestants aux mains nues dans pays des droits de l’homme où la liberté de manifester est consacrée et sacrée comme l’on a longtemps clamé. Cette décision de Trump de s’éprendre aux manifestants qu’il qualifie de « terrorisme intérieur » au lieu de dénoncer la bavure policière, ressemble simplement à l’encouragement des actes de barbaries contre les minorités par des policiers fascistes. Cela va certainement raviver la flamme de la révolte d’une minorité impunément méprisée dans un pays dit démocratique. Car plus loin, Donald Trump veut par la force résoudre une situation de droit de l’homme en intimant l’ordre aux maires et aux gouverneurs de mettre fin à la situation sinon il enverrait les militaires le faire « Si une ville ou un État refuse de prendre les mesures qui sont nécessaires pour défendre la vie et les biens de leurs habitants, alors j’enverrai l’armée américaine et résoudrai rapidement le problème pour eux », a-t-il menacé.

La bonne chose que l’on peut déjà noter lors des manifestants de ces dernières heures est la collaboration que certains policiers avec les manifestants. Plusieurs ont laissé faire sans véritablement réprimer les manifestants. Un signale fort d’une certaine prise de conscience de la gravité de la situation que dénonce les manifestants de la part de ces policiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here