Le marché ouest africain a fourni ces dernières années de nombreux efforts visant à améliorer l’environnement des affaires afin de dynamiser son système productif et d’attirer davantage d’investisseurs étrangers.

Ces efforts se sont traduits par une croissance économique plus table, une meilleure diversification de son économie et une reconnaissance internationale.

Sénégal, pays stable et largement ouvert

Dans la dimension sous-régionale, il y’a de bonnes raisons d’investir au Sénégal. Installé dans une démocratie vivante depuis son indépendance, le Sénégal est le pays du continent où toutes les passations de pouvoirs entre présidents se sont effectuées dans le calme. Cette réalité témoigne d’un ancrage historique dans les principes de démocratie, l’Etat de droit et la liberté, marqué par la solidité des institutions. La stabilité ainsi garantie est un atout de poids pour les investisseurs dans ce pays largement ouvert sur le monde qui est aussi la porte d’entrée privilégiée de l’Afrique de l’Ouest.

Une économie saine et compétitive

Le Sénégal a su tirer partie de ses ressources naturelles, agriculture, pêche et tourisme pour s’imposer comme la quatrième économie de l’Afrique de l’Ouest alors que, jusque là à l’exception des phosphates, de l’or et de quelques autres minéraux, il ne disposait pas de grands gisements de matières premières. Il est l’un des pays les plus industrialisés de la zone. La présence de multinationales, françaises ou américains est un bon indicateur des opportunités qu’il recèle.

Un accès privilégié aux marchés régionaux et internationaux

Son positionnement et les qualités de sa rade ont fait de Dakar la porte océane de l’Afrique sur le monde. C’est aussi le point d’intersection du corridor qui reliera les quatre grands pays de la zone (Sénégal, Mali, Burkina Faso et Ghana), à l’axe rejoignant Rabat en longeant les côtes mauritaniennes. Faisant, à juste titre, partie des priorités pour une croissance saine de la région, ces actes de communication figurent parmi les projets privilégiés des bailleurs de fonds internationaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here