Spread the love

Après la conférence de presse du président du groupe de la mondiale hier devant les médias partenaires dont notre site www afrique-news.info, le président du groupe de la banque mondiale, David Malpass, a prononcé ce jeudi, un important discours à la plénière de l’Assemblée annuelle 2020 de la BM. Nous vous proposons, l’intégralité du discours.


Discours du président du Groupe de la Banque mondiale,David Malpass, à la plénière de l’Assemblée annuelle 2020

Monsieur le Président Addison, merci pour vos remarques. Et merci aux gouverneurs, à Kristalina et aux distingués invités de vous joindre à nous aujourd’hui. Je voulais faire le point sur ce que le Groupe de la Banque mondiale (GBM) a accompli depuis les assemblées annuelles de l’année dernière, en particulier notre réponse au COVID-19 et les progrès réalisés en matière de transparence de la dette.

Le bilan de la pandémie COVID-19 a été énorme, et les habitants des pays les plus pauvres sont susceptibles de souffrir le plus longtemps et le plus durement. La crise a plongé plus d’économies dans une récession simultanée qu’à tout moment depuis 1870, et elle pourrait conduire à une décennie perdue caractérisée par une croissance faible, un effondrement de nombreux systèmes de santé et d’éducation et une nouvelle série de crises de la dette souveraine.

En réponse, notre approche au sein du Groupe de la Banque mondiale a été globale. Nous nous attachons à sauver des vies, à protéger les pauvres et les vulnérables, à œuvrer pour une croissance durable des entreprises et à reconstruire de meilleures manières.

Aujourd’hui, je vais me concentrer sur les quatre aspects les plus urgents de ce travail.

Thème 1: Pauvreté et inégalités

Premièrement, nous devons redoubler d’efforts pour réduire la pauvreté et les inégalités . Le COVID-19 a infligé un revers sans précédent à l’effort mondial pour mettre fin à l’extrême pauvreté, augmenter les revenus médians et créer une prospérité partagée.

L’économie mondiale devrait se remettre en partie en 2021 de sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale. Bien qu’elle soit à nouveau en croissance, l’activité mondiale devrait rester bien en deçà de sa tendance prépandémique pendant une période prolongée. Les évolutions à ce jour indiquent des récessions moins profondes dans les économies avancées et un rebond plus robuste en Chine que les estimations précédentes. Cependant, dans la majorité des autres économies émergentes et en développement, les récessions de 2020 se sont avérées beaucoup plus profondes – et les reprises ont été plus retardées – que les estimations de juin, reflétant en grande partie des perturbations économiques plus dommageables dues à la pandémie.

Les nouvelles projections de la Banque mondiale sur la pauvreté suggèrent que d’ici 2021, 110 à 150 millions de personnes supplémentaires seront tombées dans l’extrême pauvreté, vivant avec moins de 1,90 dollar par jour. Le COVID-19 et sa crise économique associée, aggravés par les effets des conflits armés et des changements climatiques, annulent des gains durement acquis en matière de réduction de la pauvreté, mettant fin à plus de deux décennies de progrès continus. La pauvreté devrait augmenter en 2020 pour la première fois depuis 1998. Il est clair que nous sommes confrontés à une pandémie d’inégalité unique: la récession est plus large et plus profonde, et elle a frappé le plus durement les travailleurs du secteur informel et les pauvres, en particulier les femmes et les enfants. .

Le Groupe de la Banque mondiale a pris rapidement des mesures larges et rapides et nous avons fourni d’importants flux positifs nets aux pays les plus pauvres du monde. Nous progressons bien vers notre objectif de 15 mois annoncé de 160 milliards de dollars de financement d’appoint, dont une grande partie est destinée aux pays les plus pauvres. Plus de 50 milliards de dollars sont sous forme de subventions ou de prêts à faible taux et à long terme – fournissant des ressources clés pour maintenir ou étendre les systèmes de soins de santé et les filets de sécurité sociale. Grâce au généreux soutien des donateurs de l’IDA à l’IDA-19 en décembre et à l’achèvement des plans d’augmentation de capital de la BIRD et de la SFI en mars, cette ampleur de réponse est conforme aux cadres de viabilité financière convenus pour nos institutions.

Thème 2: Capital humain

Deuxièmement, nous devons prendre note de la perte de capital humain en cours et de ce qui peut être fait pour le restaurer. Avant la pandémie, les pays en développement faisaient des progrès significatifs et, notamment, commençaient à combler les écarts entre les sexes.

En raison de l’épidémie, plus de 1,6 milliard d’enfants dans les pays en développement n’ont pas été scolarisés, ce qui implique une perte potentielle de 10 billions de dollars de revenus à vie pour ces étudiants. La violence sexiste est en augmentation. Les taux de mortalité infantile sont également susceptibles d’augmenter considérablement.

Ces revers impliquent un impact à long terme sur la productivité, la croissance des revenus et la cohésion sociale – c’est pourquoi nous faisons tout notre possible pour renforcer la santé et l’éducation dans les pays en développement.

Dans le domaine de la santé, nous avons mis en place une réponse COVID accélérée qui a fourni un soutien d’urgence à 111 pays à ce jour. La plupart des projets sont maintenant à un stade avancé de décaissement pour l’achat de masques, d’équipement de salle d’urgence et d’autres fournitures liées au COVID.

Nous aidons également les pays en développement avec des vaccins et des produits thérapeutiques COVID. Nous prévoyons de mettre à la disposition des pays jusqu’à 12 milliards de dollars pour l’achat et le déploiement de vaccins COVID-19. IFC investit également massivement dans les fabricants de vaccins par le biais de sa plateforme de santé mondiale de 4 milliards de dollars.

Dans le domaine de l’éducation, nous aidons les pays à rouvrir rapidement et en toute sécurité les écoles primaires et secondaires. Nous travaillons dans 65 pays pour mettre en œuvre des stratégies d’apprentissage à distance, combinant des ressources en ligne avec la radio, la télévision et les réseaux sociaux, et des documents imprimés pour les plus vulnérables. Nous travaillons également en partenariat avec l’UNICEF et l’UNESCO sur des cadres de réouverture des écoles.

Thème 3: Fardeau de la dette

Troisièmement, nous devons aider les pays les plus pauvres à réduire en permanence le fardeau de leur dette et à attirer des investissements efficaces, ce qui exigera une dette et une transparence des investissements beaucoup plus grandes.

Une combinaison de facteurs a conduit à un endettement excessif dans les pays où il n’y a pas de marge d’erreur. Lors des réunions de printemps de cette année, j’ai proposé, avec la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, que les créanciers bilatéraux officiels du G20 suspendent le recouvrement des paiements au titre du service de la dette des pays les plus pauvres. Le G20 et le Club de Paris ont approuvé cette approche, qui est entrée en vigueur le 1er mai. Début octobre, 44 pays bénéficiaient d’un allégement du service de la dette estimé à 5 milliards de dollars.

Mais il reste encore beaucoup à faire. Nous avons appelé le G20 à prolonger l’allégement de la dette jusqu’à la fin de 2021. Il est important de noter que chaque gouvernement du G20 devrait exhorter la participation de la DSSI de tous les créanciers privés sous sa juridiction et de tous leurs créanciers bilatéraux du secteur public. Les créanciers privés et les créanciers bilatéraux non participants ne devraient pas être autorisés à profiter de l’allégement de la dette des autres – certainement pas aux dépens des pauvres du monde.

Nous devons travailler ensemble pour parvenir à une transparence totale des conditions de la dette publique existante et nouvelle et des engagements assimilés à une dette. Pour les pays les plus pauvres, les créanciers et les débiteurs devraient adopter cette transparence afin de travailler rapidement vers la viabilité de la dette à long terme – c’est dans l’intérêt de tous.

Nous avons également besoin de nouveaux outils pour réduire l’encours de la dette des pays les plus pauvres. La Banque mondiale et le FMI proposent au Comité du développement un plan d’action conjoint pour la réduction de la dette des pays IDA confrontés à des situations d’endettement insoutenables.

Thème 4: Favoriser un rétablissement inclusif et résilient

Quatrièmement, nous devons travailler ensemble pour faciliter les changements nécessaires à une reprise inclusive et résiliente . Une étape clé pour générer une reprise durable sera que les économies et les individus autorisent le changement et l’adoptent. Les pays devront permettre au capital, à la main-d’œuvre, aux compétences et à l’innovation de passer à un environnement commercial différent, post-COVID. Cela met une prime sur les travailleurs et les entreprises qui utilisent leurs compétences et leurs innovations de manière nouvelle – et dans un environnement commercial qui dépendra probablement davantage des connexions électroniques et moins des déplacements et des poignées de main.

Plus largement, le COVID-19 a démontré – avec un effet mortel – que les frontières nationales offrent peu de protection contre certaines calamités. Il est essentiel que les pays travaillent à leurs objectifs climatiques et environnementaux. Au milieu de la pandémie, le Groupe de la Banque mondiale est resté le principal bailleur de fonds multilatéral de l’action climatique. Au cours des cinq dernières années, nous avons fourni 83 milliards de dollars en investissements liés au climat. Je suis heureux de dire qu’au cours de l’exercice 2020, ma première année complète en tant que président, le Groupe de la Banque mondiale a réalisé plus d’investissements liés au climat qu’à aucun moment de son histoire. Nous avons l’intention d’intensifier ce travail au cours des cinq prochaines années.

Les défis à venir

L’ampleur des défis à venir est stupéfiante. Pour mettre le défi financier en perspective, considérons que les 100 millions de personnes que nous craignons ont déjà été poussées dans l’extrême pauvreté par COVID. Leur fournir seulement 2 dollars par jour coûterait 70 milliards de dollars par an – c’est juste pour réparer une partie des dégâts du COVID et bien au-delà de la capacité financière du Groupe de la Banque mondiale ou de toute autre agence de développement. Il montre clairement que l’enveloppe triennale de 82 milliards de dollars US de l’IDA-19 ne suffira pas à répondre aux besoins des pays les plus pauvres du monde en cette période désespérée. Par nécessité, et avec le ferme soutien de ses actionnaires, l’IDA a pris des mesures larges et rapides pour anticiper les ressources de l’IDA-19 et fournir un financement supplémentaire cette année pour soutenir les efforts initiaux visant à faire face aux impacts économiques et sanitaires du COVID.

Au sein du GBM, je m’efforce de constituer le personnel de développement le plus solide au monde et un modèle d’entreprise encore plus réactif qui peut aider chaque pays et région client à obtenir de meilleurs résultats de développement. J’ai nommé quatre nouveaux hauts dirigeants au cours de l’exercice 20 et nous avons procédé à douze nominations ou réaffectations à la vice-présidence. Nous avons réorganisé le personnel et la direction de la Banque mondiale pour conduire des programmes nationaux coordonnés et placer des connaissances de haute qualité au centre de nos opérations et de notre politique de développement. Nous avons également renforcé notre attention sur l’Afrique en créant deux vice-présidences, l’une axée sur l’Afrique occidentale et centrale et l’autre sur l’Afrique orientale et australe. Grâce à l’augmentation de capital, IFC entretient et construit ses 3. 0 stratégie pour aider les pays à créer des marchés et travaille avec la MIGA et le reste du Groupe de la Banque mondiale pour promouvoir des investissements accrus et des infrastructures de qualité pour des reprises à grande échelle et un développement à long terme. Nous sommes déterminés à garantir des processus de responsabilisation solides et progressons rapidement dans la mise en œuvre de la nouvelle boîte à outils du Panel d’inspection pour la Banque mondiale et pour achever l’examen et la réforme du médiateur chargé de la conformité de l’IFC et de la MIGA.

Même au milieu d’une crise qui n’arrive qu’une fois dans un siècle, je suis encouragé par les pays qui prennent déjà des mesures audacieuses, apprennent rapidement et partagent leurs expériences et leurs résultats au profit des autres. Je suis convaincu que des solutions durables émergeront, en partie en adoptant un changement constructif – grâce à l’innovation, à de nouvelles utilisations des actifs existants, aux travailleurs utilisant leurs compétences de manière nouvelle et à une réinitialisation du fardeau excessif de la dette. Des systèmes de gouvernance solides peuvent aider en créant un état de droit stable tout en permettant et en facilitant l’innovation et le changement. En travaillant ensemble, je crois que nous pouvons raccourcir la récession et jeter les bases d’un modèle de prospérité plus durable: un modèle qui peut soulever tous les pays et tous les peuples.

Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here