Spread the love
En Côte d’Ivoire, alors que l’on s’achemine vers la présidentielle du 31 Octobre prochain, les choses semblent se compliquer pour l’ex-président Laurent Gbagbo qui s’est vu retiré le droit de vote. Ceci, alors que le FPI, parti de Laurent Gbagbo, entend positionner l’ex-président qui a été acquitté, comme son candidat à cette élection. Voici le communiqué de sa défense.

A Paris, le 31 juillet 2020 – Après s’être déplacé à l’ambassade de Côte d’Ivoire à

Bruxelles, pour demander la délivrance d’un passeport ordinaire et d’un laissez-passer, le Président Laurent GBAGBO s’est réjoui de la réponse du Porte-Parole du Gouvernement indiquant que son « dossier serait traité ».

Dans l’attente de la remise de son passeport, c’est avec stupéfaction, que le Président Laurent GBAGBO a appris qu’en lieu et place de la délivrance de son passeport, il se voyait retirer le droit de vote.

En effet, alors qu’il a toujours figuré sur la liste électorale, comme en atteste la capture d’écran du site en ligne de la Commission Electorale Indépendante (CEI), le Président Laurent GBAGBO a vu son nom tout simplement retiré de la liste électorale provisoire remise aux partis politiques par la CEI.

Nous interpellons la CEI, qui se veut indépendante, de jouer véritablement son rôle, et de ne pas rentrer dans des manoeuvres politiciennes.

Nous espérons que cette omission est une erreur, qui sera immédiatement corrigée et que le Président Laurent Gbagbo sera rétabli dans ses droits.

Tout comme la délivrance d’un passeport ordinaire est un droit ; le droit de vote est un droit tout aussi essentiel attaché à la personne de tout citoyen.

Habiba TOURE, Avocat Personnel du Président Laurent GBAGBO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here