Spread the love

En Côte d’Ivoire, tout se précise pour la présidentielle du 31 octobre prochain avec la publication définitive de la liste des candidats retenus par la Cour Constitutionnelle lundi. Liste sur laquelle l’on ne retrouve pas les noms de Guillaume Soro et de Laurent Gbagbo. Des dossiers, rejetées par le Conseil Constitutionnel. En réaction, le leader des GPS, Guillaume Soro, annonce une grande conférence de presse pour annoncer les grandes étapes de la lutte à venir.

En effet, pour le leader des Génération Peuple Solidaires (GPS), Guillaume Soro n’entend pas lâcher prise. L’ancien président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire a dit prendre acte de la décision du Conseil Constitutionnel  tout en regrettant que le président de cette institution en qui il voyait un grand juge, intègre, ait agi de la sorte en bafouant les règles élémentaires du droit. Guillaume Soro dit qu’il va prendre désormais sa responsabilité pour poursuivre le combat « pour l’État de droit et contre la tyrannie. » a-t-il indiqué sur sa page tweeter avant d’ajouter en parlant du président du Conseil Constitutionnel « Il a perdu ma confiance mais je lui garde mon amitié car j’ai déjà pardonné. À ce sa famille je dis merci. Il ne me reste qu’à poursuivre le combat pour l’État de droit et la démocratie. Je combattrai la dictature et la tyrannie. J’animerai une conférence de presse le 17 septembre https://t.co/jPjPNNnBWUng » a-t-il écrit sur sa page tweeter.

Ainsi, pour le président de GPS, cette conférence de presse servira d’occasion pour lui d’annoncer les prochaines grandes Étapes de la lutte pour la libération de la côte d’Ivoire des mains et griffes de la dictature et de tyrannie qui trône au-dessus de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara. La conférence de presse de ce jeudi 17 septembre 2020, va donc situer les uns et les autres sur ce que, l’ex allier de Ouattara compte faire pour défendre jusqu’au bout, sa candidature pour la prochaine présidentielle. On craint donc de voir la Côte d’Ivoire se replonger dans une spirale de violences comme c’était le cas en 2010 et 2011 avec à l’arrivée plus de 3000 morts.

Rappelons que juste au lendemain de la décision du conseil constitutionnel d’invalider la candidature de Guillaume Soro, la Cour Africaine des droits de l’homme basée en Tanzanie, a rendu une décision demandant à la Côte d’Ivoire de restituer Soro dans ses droits dans un délai de quinze (15) jours en lui permettant de se présenter à cette élection. Pour cette Cour africaine, la décision du Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire est une grave violation des droit de Soro Guillaume.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here