Head of the Movement for the Rebirth of Cameroon (MRC), Maurice Kamto, 64, poses in Yaounde on August 14, 2018. - Maurice Kamto will run for the next presidential elections taking place on October 7, 2018. (Photo by Reinnier KAZE / AFP)

C’est avec beaucoup de surprise que l’opinion publique nationale et internationale a appris la décision sage, de Paul Biya, celui dont jusqu’à présent la réélection 2018 est toujours contestée, de l’arrêt de poursuites contre certains responsables de l’opposition camerounaise dont Maurice Kamto, son rival à la présidentielle de 2018 et qui revendique encore et toujours la victoire.

En effet, dans la foulée de la tenue du grand dialogue et en vu des mesures d’apaisement, le président camerounais Paul Biya a annoncé vendredi 4 octobre dernier l’arrêt des poursuites judiciaires contre « certains » responsables de l’opposition, notamment ceux du MRC de Maurice Kamto, candidat malheureux à la présidentielle de 2018 mais qui revendique toujours la victoire. « J’ai décidé de l’arrêt des poursuites judiciaires contre certains responsables et militants de partis politiques, notamment du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) », a annoncé le chef de l’État sur son compte Twitter officiel. Cette décision, Paul Biya l’a prise non pas comme simple citoyen camerounais mais en tant que président de la République du Cameroun régulièrement élu et investi du pouvoir suprême, seul capable de décider de l’arrêt des poursuites contre tout citoyen camerounais en tant que premier magistrat du pays et conformément à la constitution qui lui donne le pouvoir d’user de la grâce présidentielle pour libérer certaines personnes.

Ainsi, en acceptant de se soumettre à cette décision du président Paul Biya dont il contestait la réélection et sortir de la prison, l’opposant camerounais Maurice Kamto, reconnait ainsi de facto, non seulement la victoire de Paul Biya à la présidentielle du 06 Octobre 2018 mais surtout sa légitimité en tant que président de la République du Cameroun, régulièrement élu et investi du pouvoir suprême et discrétionnaire de prendre cette décision.  Cette reconnaissance de fait de la victoire de Paul Biya par Maurice Kamto, devrait en principe clore définitivement le contentieux poste électorale de 2018. Sinon, revendiquer encore une quelconque victoire, relèverait de la mauvaise foi de l’opposant Maurice Kamto qui plus est un juriste chevronné.

Il faut rappeler que la libération de Maurice Kamto et ses militants samedi, précédée jeudi par la libération de 333 détenus dans la crise anglophone, se situe dans le cadre de la recherche de l’apaisement souhaité par tous les participants aux travaux du grand dialogue qui a eu lieu du 1er au 04 Octobre dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here