La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) s’est prononcée, ce jeudi, dans l’affaire qui oppose l’homme d’affaires et opposant béninois Sébastien Ajavon au Bénin. Elle a ordonné à l’État béninois de verser des réparations à l’opposant.

En octobre 2018, Sébastien Ajavon a été condamné à 20 ans de prison par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), au Bénin, dans une affaire de trafic de cocaïne. Ses avocats ont saisi la CADHP qui a depuis rendu trois arrêts.

En décembre 2018, la cour africaine a demandé la suspension du jugement. Puis son annulation, en mars dernier. Et hier, jeudi, dans un nouvel arrêt, elle a ordonné à l’État béninois de verser des réparations à Sébastien Ajavon, pour un montant total d’un peu moins de 40 milliards de francs CFA (60 millions d’euros).

Elle ordonne également la levée immédiate des saisies sur les comptes de l’homme d’affaires et des membres de sa famille.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here