Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a prêté serment ce samedi 25 mai à Pretoria en présence de plusieurs chefs d’États dont le togolais Faure Gnassingbé et de milliers d’invités. Cyril Ramaphosa reconduit à la tête du pays, par les députés de l’ANC  majoritaires au Parlement après les législatives du 8 mai dernier a prononcé un discours consensuel et rassembleur lors de son allocution d’investiture.

En effet, pendant presqu’une vingtaine de minuties, le président su-africain, nouvellement reconduit à la tête du pays arc-en-ciel, a prononcé un discours  assez lisse rassembleur en martelant  qu’il fallait préserver l’unité du pays, mais aussi de l’Afrique. Selon lui, ce nouveau mandat ouvre « l’aube annonçant une nouvelle ère » pour l’Afrique du Sud. Il  espère malgré les nombreux défis auxquels fait face son pays, beaucoup d’espoirs à l’Afrique du Sud. Cyril Ramaphosa a réitéré  ses promesses de campagne, à savoir la fin du gâchis des ressources de l’État, l’éradication de la pauvreté d’ici une génération dans l’un des pays les plus inégalitaires du monde et la possibilité de trouver du travail où le taux de chômage atteint les 27 %. Ainsi, 25 ans après les premières élections libres et démocratiques de 1994, ce discours de Cyrile Ramaphosa qui s’inscrit dans la droite ligne du discours inaugural de Nelson Mandela en 94, sonne comme une remobilisation des troupes pour un rassemblement du pays arc-en-ciel qui connait ces dernières années beaucoup de recules en matière de l’unité du tissu social.

Il faut noter que l’ambiance était chaude et électrique dans le plus grand stade de Pretoria qui a rassemblé environ 30 000 personnes habillées en noir, vert et or chantant ensemble pour leur président élu et acclamant les défilés de l’armée nationale. Il s’agit pour ces spectateurs venus de tout le pays, d’assister au renouveau de leur parti, l’ANC, avec le président Cyril Ramaphosa

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here